L’affaire du directeur du comité de probation, qui dépend de la Direction régionale des services pénitentiaires, est accusé d’agressions sexuelles et vols de documents administratifs.